Domination

Au cours de ces dernières années, que ce soit dans ma vie privée ou dans les rencontres que je peux faire ici avec vous, j’ai eu la chance de rencontrer des personnes de divers horizons, ayant diverses envies et diverses pratiques.
Pourquoi la chance ? Car je suis une personne curieuse et je trouve que la sexualité est l’une des plus belle manière pour explorer la complexité de l’être humain. Si la sexualité « classique » a encore une grande part dans ma vie, j’apprécie de plus en plus rencontrer des personnes dont les envies ne sont pas considérées comme classiques, par exemple le BDSM. Ces pratiques souffrent encore d’une affreuse image, que ce soit par méconnaissance ou par mauvaise expérience.
Il est vrai que j’ai eu de mauvaises expériences avec certaines personnes, mais ce n’était pas le BDSM qu’il fallait remettre en question. Soit la personne ne respectait pas mes limites (et c’est INTERDIT, BDSM ne veut pas dire que tout est permis, au contraire les limites sont très strictes), soit nous n’avions pas le feeling suffisant pour s’amuser tous les deux, soit nous avions des conceptions différentes d’une même pratique… Bref, cela ne m’a donc pas freiné dans mon exploration, au contraire car j’ai eu la chance de croiser la route de personnes bienveillantes avec qui je me suis beaucoup amusée !

Nous vivons malheureusement dans une société qui hiérarchise encore les sexualités : certaines sont considérées comme plus acceptables que d’autres et le fait de parler d’envies sexuelles « peu acceptables » (selon les normes en vigueur dans notre société) peut entrainer des réactions très violentes. J’ai toujours été touchée par les personnes qui venaient me confier leurs envies, qui me parlaient de leur peur d’être rejetés par leur entourage à cause de ça et qui me faisaient confiance à moi, une inconnue, pour les accepter tel qu’ils étaient et leur permettre de s’épanouir le temps d’une rencontre. J’ai souvent vécu de très beaux moments avec ces amants là.
Et puis j’ai découvert l’aspect thérapeutique du BDSM dans la vie de beaucoup de personnes. Cet aspect thérapeutique est souvent rejeté et je trouve cela triste quand je vois le bien-être que cela peut apporter. J’ai vu des gens se métamorphoser en quelques mois, quelques années, lorsqu’ils ont enfin eu l’occasion de pouvoir s’épanouir dans les pratiques BDSM.

On considère trop souvent que le BDSM c’est être fouetté par une personne en tenue de cuir qui hurle des ordres. C’est très réducteur. Les pratiques du BDSM sont infinies (ou presque) et si le fouet n’est pas votre truc, il y a mille choses à explorer. Par exemple je sais que, en ce qui me concerne, je n’aime pas être soumise. C’est comme ça, inutile de me le demander ce sera non.
J’ai des collègues dominatrices qui sont des expertes de certaines pratiques considérées comme « extrêmes », ce sont des professionnelles qui ont appris, qui savent ce qu’elles font et qui connaissent les limites du corps humain. De mon coté, je n’ai pas vraiment de spécialité, j’aime apprendre, découvrir, voir ce qui me plait ou non. Nous sommes toutes différentes, nous avons toutes des préférences personnelles, des limites… Nous revenons toujours au même point, ce qui importe c’est le consentement : je vais consentir à pratiquer certains actes mais pas d’autres, inutile de me supplier (ou de m’insulter). Par contre, je peux me révéler très curieuse, vouloir expérimenter avec vous des actes qui me font envie, tout dépend donc de vous et de la façon dont vous amener votre demande.

Je tiens à préciser ici pour les personnes qui aimeraient une rencontre escorting classique avec moi que ce n’est pas parce que certains hommes peuvent me demander un rendez-vous en « dominatrice » que je le serai dans notre rencontre. Je ne fais que m’adapter aux envies des uns et des autres, je m’épanouis autant dans une rencontre escorting avec câlins, massage et discussions sur nos vies, que dans les autres types de rencontres.
Et je n’aime pas qu’on dénigre les pratiques sexuelles des uns et des autres, donc merci de garder vos jugements pour vous.

Je n’avais pas proposé les pratiques BDSM sur mon site car j’avais envie de prendre le temps de me découvrir moi, dans cet univers afin d’y être à l’aise et d’avoir envie de le partager avec vous. Tout cela pour dire que si vous avez des envies de domination je vous encourage à me contacter et je verrai si cela est dans mes cordes ! Par contre il faut savoir que ce sont deux univers différents et je n’aime pas mélanger certaines choses donc si vous me demandez une rencontre de domination, sachez qu’il n’y aura pas d’acte sexuel sur ma personne, ce n’est pas négociable.